Le cas de travail «Tim Hortons».

Vers la fin des années 1990’s, un nombre de serveurs de Tim Hortons employés à un restaurant à Saint John ont été renvoyés. Ils ont fait l’allégation qu’ils avaient été renvoyés parce-qu’ils prenaient des marches pour joindre un syndicat, en secret, et que leur employeur s’était rendu compte. Notre client, l’employeur, n’était pas conscient de l’intention des employés de joindre un syndicat et, à la place, avait renvoyé les individus pour d’autres raisons (précises). La Commision du travail et de l’emploi du Nouveau-Brunswick a déterminé que les employés n’avaient pas été renvoyés à cause d’un sentiment «contre syndicat», et notre client a eu du succès à faire rejetter les allégations.

La signification du cas Tim Hortons est dans son illustration de la manière dans laquelle le concept de l’animus «contre syndicat» est appliqué, et comment les employeurs doivent prendre des décisions basées sur des considérations qui n’ont rien à faire avec les questions de la formation des syndicats.